Spirales

Publié le par Juliette

  PIC 0042

 

« [...] les forces latentes derrière la vie visible sur un plan physique viennent souvent sous forme de spirales. On le voit dans le bouton de la rose, formidable spirale qui s'ouvre ; dans l'agencement des graines de la fleur d'un tournesol ; dans l'implantation de pousses autour de la tige d'un certain nombre de plantes dont le rosier ; un peu dans les épis que font les poils des animaux ou les cheveux sur la tête de l'homme ; sur certains menhirs où elles sont sculptées...


PIC_0045.jpg

Ce qui nous montre combien l'homme d'autrefois en avait conscience, mais aussi sur les coquillages, dans les cyclones, dans les galaxies, etc. [...] Que représentent-elles au fond ? Simplement un macrocosme qui devient un microcosme, une périphérie qui devient un centre, de l'intangible qui devient un point (le centre de la spirale), donc de la matière. La spirale génère l'incarnation quand elle est orientée dans le sens des aiguilles d'une montre et la désincarnation dans l'autre sens, si l'on est sur l'hémisphère nord. Beaucoup d'amateurs de vin le savent d'ailleurs instinctivement en faisant tourner le vin dans leur verre de droite à gauche, comme pour mieux en extraire le parfum. Quel comportement aurait-on sur l'hémisphère sud où en principe il faudrait le faire tourner dans l'autre sens (sens contraire des aiguilles d'une montre : on défait donc ce qui est fait) pour l'ouvrir ? »

 

Nicolas Joly, Le vin, la vigne et la biodynamie, Ed. Sang de la Terre, 2007.

 

Publié dans Nature

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article