Sirènes

Publié le

« Génies de l'onde et de la musique, tels sont aussi les Necks et les Grims. Le monde nordique est encore hanté par nombre d'autres êtres mystérieux dont les noms, secrets, ne nous sont pas toujours parvenus. Nous connaissons aussi les Dises et les Hamingjar, génies protecteurs des clans et des lieux familiers.

De toutes ces créatures étranges, qui intriguent l'imagination de ceux qui vivent jour et nuit au coeur même de la Nature, conduits par l'alternance des saisons et le rythme des marées, les plus attachantes sont sans doute les Havfrues, que l'on nomme ailleurs sirènes. Elles ont un torse de femme et une queue de poisson. Il en est de bonnes et de perfides, mais toutes sont très belles.

la_petite_sirene-copie-1.jpg
Au plus clair de l'été, quand une légère brume de chaleur tremble sur l'horizon marin, on peut parfois découvrir une Havfrue assise à la surface des eaux. Elle lisse sa longue chevelure avec un peigne en or. Quand les pêcheurs allument des feux sur le rivage, les sirènes sont souvent nombreuses à venir s'y réchauffer, car on les dit frileuses. Elles cherchent à entraîner les hommes qu'elles ont séduits dans leurs repaires sous-marins. Il faut résister au désir de les suivre et refuser l'amour qu'elles promettent.

tempete mer

À qui sait déchiffrer les signes, elles n'annoncent que filets déchirés, poissons pourris, tempêtes horribles et naufrages funestes. Des disparus en mer, il est dit qu'ils ont été emportés dans les demeures des Havfrues. »

Jean Mabire, Légendes de la Mythologie Nordique, ed. L'ancre de la marine, 2010.



Publié dans Mythologie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article