Le roi de la Baltique

Publié le

mer_baltique.jpg
« Mais, plus haut, là où l'onde est plus chaude et plus claire, se tient la perche, belle et contemplative, le poisson le plus caractéristique, peut-être, de ces mers. Bien bâti et stable, assez lourd encore tel qu'un bateau côtier, il a la teinte originale vert-bleuâtre de la Baltique et le vrai tempérament du Nord : un peu philosophe, un peu pirate, solitaire, superficiel et sociable, qui souvent cherche les eaux profondes et les atteint parfois ; un oisif, un excentrique, qui, durant de longues heures, demeure immobile, contemplant les galets du rivage, jusqu'à ce que, brusquement, il sorte de son rêve et parte comme une flèche, tyran envers les siens mais bientôt dompté ; revenant volontiers à son premier gîte, et donnant l'hospitalité de son corps à sept races de vers intestinaux.

bouleaux-copie-1.jpg

Et puis, l'aigle de la mer, le roi des poissons de la Baltique, le brochet, de taille élégante comme un cutter qui aime le soleil et, se sachant le plus fort, n'a pas à fuir la lumière. Le brochet, qui demeure le nez au fil de l'eau, et dort, les rayons du jour dans les yeux — rêvant de là-haut, des champs fleuris et des forêts de bouleaux que jamais il ne parcourra, de la coupole légère et bleue s'arrondissant au-dessus de son humide univers — cette coupole où il étoufferait, lui, et où pourtant nagent si facilement les oiseaux avec leurs nageoires de plumes. »

August Strindberg, "Au bord de la vaste mer", 1890.

suede.jpg

Publié dans Nature

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article