La crainte

Publié le


« Il soupirait fortement, car c'était une tare lourde et contraignante dans la vie que d'avoir comme lui peur de tous les animaux à quatre pattes. A vrai dire, il n'avait peur que des chèvres, et il n'aurait eu peur ni des chevaux ni des chiens ni des chats si seulement il avait pu être sûr qu'ils n'étaient pas quelque espèce de chèvres transformées. Et, de cela, il n'en était jamais certain. De sorte que, finalement, il vivait dans la déraison d'avoir peur de tous les quadrupèdes.

Il ne lui servait à rien de se souvenir de la force qui était sienne, pas plus que de savoir que ces petits chevaux de paysans étaient en général totalement inoffensifs. Quiconque a laissé entrer la crainte en son âme ne peut plus raisonner ainsi. La crainte est chose difficile, et pesante pour celui en qui elle a élu domicile. »

Selma Lagerlöf, Le violon du fou, (titre original : En berrgårdssågen, 1899).


Publié dans Vie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article