Balder

Publié le

« Balder est un dieu romantique. Il croit que le monde renferme poésie et lumière. Il reste à l'âge des illusions, des enthousiasmes, des imprudences. Il ignore la méchanceté et la laideur. Il aime les oiseaux et les fleurs. Plus que toute autre, le printemps est sa saison.

balder.jpg
Le jeune dieu apparaît si beau que des rayons de lumière semblent sourdre de son visage, de sa chevelure, de son corps. Il n'évoque pas seulement le soleil,  il devient, véritablement le soleil, dans sa splendeur et son éternité. Balder est blond. Comme l'or? Mieux encore comme le blé.

Il y a en lui la promesse des épis, la certitude des aurores, la joie des moissons. Il éclaire le monde et le résume dans un sourire. Il n'est pas joyeux, il est la joie. C'est le dieu de la grande santé, du grand midi, de la grande promesse : le soleil ne peut pas mourir.

Balder le Bon est le favori de la Nature, le préféré des dieux et le plus béni par les hommes. Il est le meilleur de tous et garde le sourire de celui à qui tout est facile. Sagesse et douceur sont pour lui naturelles. Jamais il ne s'emporte et jamais il ne se trompe. Et quand il parle, ce qu'il dit est si juste que jamais parole prononcée par lui ne pourrait être changée. Chaque mot, dans sa bouche, prend sa signification exacte. Sa voix est celle de la justice. Mais plus encore que l'équité, il apporte le bonheur. Avec lui, le plaisir devient joie profonde et lumineux éveil.

7

[...]
Fait étrange pour un Ase, Balder n'a pas été chercher son épouse parmi les déesses d'Asaheim, ni même, comme certains dieux, parmi les géantes de Jotunheim. C'est à Mannaheim, sur la terre des hommes, qu'il va découvrir et aimer celle qui sera sa fidèle compagne. Cette jeune fille se nomme Nanna et son père Nep, le Bourgeon. Elle n'est que fleur. Comme son bel époux, elle apparaît telle une radieuse image du printemps, du renouveau de la vie, de la beauté.

forseti
Balder et Nanna ont un fils, Forseti, le Président. Il possède une demeure appelée Glitnir, la Resplendissante. Le sol en est d'or et le plafond d'argent. Dans cette maison, tous les plaideurs se retrouvent pour soumettre leur cause au jugement du fils de Balder. Il a hérité de la clairvoyance de son père et il trouve toujours une sentence si juste qu'il parvient à réconcilier les adversaires autour d'une décision d'une parfaite équité. Il n'existe nulle part au monde pareil tribunal.

La splendeur du dieu du printemps et de la déesse de la floraison illumine le monde, grâce à leur fils chéri Forseti le Justicier.»



Jean Mabire, Légendes de la Mythologie Nordique, ed. L'ancre de la marine, 2010.




Publié dans Mythologie

Commenter cet article

Juliette 15/04/2010 12:22



Votre message est aussi une petite joie de la vie et je vous en remercie! Ces citations tirées de mes lectures au fil du temps m'ont fait avancer et comprendre bien des choses et je n'attendais
rien du fait de les avoir mises sur un blog. C'est une occasion pour moi de les relire, de créer de belles pages (à mon goût), et si je peux les faire partager avec autant de passion que pour
moi, j'en suis très heureuse! En espérant que les prochaines citations vous plaisent autant,


Cordialement,


Juliette



Anton 13/04/2010 01:16



Je dépose ce commentaire non pas tant pour ajouter quoi que ce fut à votre passionante compilation de citation, car il n'y aurait rien véritablement à y ajouter à moins d'être un fin spécialiste,
ce qui est bien loin d'être mon cas ; mais plutôt pour vous féliciter de manière générale, pour l'ensemble de votre oeuvre en quelque sorte. Je fais partie de ces nombreux lecteurs silencieux qui
ne laissent pas de commentaire faute d'avoir rien de vraiment intéressant à proposer en supplément. Je sais pourtant qu'il doit être agréable d'avoir des preuves concrètes de l'utilité de son
travail. Inconnu à qui votre travail de médiation culturelle est et a été d'un grand secours, je tente ici de vous en fournir une, en espérant qu'elle vous incite, si c'était nécessaire, à le
poursuivre encore.


 


Bien à vous,


 


Anton.