Une plaisanterie

Publié le


« Mon garçon, tu prends le vieux Goethe bien trop au sérieux. Il n'est point besoin de considérer ainsi les vieilles personnes défuntes. En agissant de la sorte, on leur fait du tort. Nous, les Immortels, nous n'aimons pas cette attitude ; nous aimons la plaisanterie. Le sérieux, mon garçon, est une question de rapport au temps. Il naît, je veux bien te le révéler, d'une surestimation de la valeur de ce dernier. Moi-même, je lui ai autrefois attaché trop d'importance ; voilà pourquoi je désirais vivre cent ans. Or, vois-tu, dans l'éternité, le temps n'existe plus ; l'éternité n'est qu'un instant, juste assez long pour faire une plaisanterie. »

Hermann Hesse, "Le Loup des steppes". (Titre original : Der Steppenwolf, 1927)

Publié dans Vie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article