Une issue

Publié le


« Seules les rares personnes qui s'arrachent à l'emprise bourgeoise trouvent le chemin de l'absolu et ont une fin admirable. Ce sont des êtres qui ne sont pas nombreux. Quant aux autres, aux enchaînés dont les talents sont souvent fort honorés par la bourgeoisie, ils ont accès à un troisième royaume, à un univers imaginaire, mais souverain : l'humour. Les Loups des steppes comptent parmi ces êtres inquiets qui éprouvent en permanence des souffrances terribles et ne possèdent pas l'énergie nécessaire pour accéder à la dimension tragique, pour pénétrer la sphère étoilée. Ils se sentent voués à l'absolu sans se montrer pour autant capables de vivre selon ses principes. Néanmoins, une fois que la douleur a fortifié et assoupli leur esprit, ils voient s'ouvrir devant eux une issue conduisant à la réconciliation : celle de l'humour. D'une certaine manière, celui-ci demeure toujours bourgeois, bien que le véritable bourgeois se montre inapte à le comprendre. Dans la sphère imaginaire qu'il représente, l'idéal compliqué, contradictoire de tous les Loups des steppes se trouve réalisé. Ici, il devient possible d'approuver le saint et le débauché, de ramener les pôles opposés l'un vers l'autre jusqu'à ce qu'ils se rejoignent et même d'inclure le bourgeois dans cette approbation. L'homme habité par la passion du divin est en effet tout à fait capable d'approuver le criminel et inversement. Cependant, il est impossible à ces deux types de personnes, tout comme à l'ensemble des êtres vivant dans l'absolu, d'accepter de surcroît la médiocrité neutre, tempérée de la bourgeoisie. Il reste alors l'humour, cette invention magnifique des hommes qui ont été entravés dans la quête du sublime à laquelle ils étaient voués, qui n'atteignent pas tout à fait à la dimension tragique et sont profondément malheureux malgré leurs dons exceptionnels. Seul l'humour (peut-être l'invention la plus spécifique et la plus géniale de l'humanité) accomplit l'impossible. Le rayonnement que renvoient ses prismes enveloppe et réunit toutes les parties de l'être humain. Vivre dans le monde comme s'il ne s'agissait pas de celui d'ici-bas ; respecter la loi tout en étant au-dessus d'elle ; posséder, mais faire comme si on ne possédait pas ; renoncer, mais faire comme si on ne renonçait pas : voilà toutes les exigences estimées et souvent citées d'une haute sagesse de l'existence que seul l'humour est en mesure de satisfaire. »

Hermann Hesse, "Le Loup des steppes". (Titre original : Der Steppenwolf, 1927)

Publié dans Vie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article