Destinée

Publié le

« Le Loup des steppes possédait donc deux natures : il était homme et loup. Tel était son destin. Or celui-ci n'avait sans doute rien de vraiment particulier ni de vraiment rare. Il existe, on le sait, nombre de personnes montrant beaucoup de points communs avec le chien ou le renard, le poisson ou le serpent, sans que cela engendre pour elles de difficultés spécifiques. Chez ces gens, l'être humain et le renard, l'être humain et le poisson vivent côte à côte et aucun d'eux ne fait souffrir l'autre. Ils se soutiennent même mutuellement, et bien des hommes enviés pour leur réussite doivent leur bonheur davantage à leur côté renard ou singe qu'à leur côté humain. Ce phénomène est bien connu de tous.

Chez Harry par contre, les choses fonctionnaient différemment. En lui, l'être humain et le loup ne cohabitaient pas paisiblement et s'entraidaient encore moins. Une haine fatale les opposaient indéfectiblement et chacun d'eux vivait uniquement aux dépens de l'autre. Lorsque deux ennemis mortels s'affrontent ainsi à l'intérieur d'une même âme, d'un même individu, l'existence entière de celui-ci s'en trouve gâchée. Enfin! Chacun a une destinée particulière qui n'est jamais facile à assumer.



Notre Loup des steppes, lui, avait le sentiment de vivre tantôt comme un loup, tantôt comme un homme, à l'instar de tous les êtres pourvus de deux natures. Cependant, lorsqu'il était loup, l'homme en lui se tenait sans cesse aux aguets, observant son adversaire avec attention, le jugeant, le condamnant. Lorsque ensuite il devenait homme, le loup faisait de même. Il arrivait par exemple que Harry eût une belle pensée, qu'il éprouvât un sentiment délicat, noble, ou qu'il accomplît ce qu'il convient d'appeler une bonne action. Alors, le loup en lui montrait les dents, se mettait à rire et lui signifiait avec un mépris sanglant combien cette affectation de vertu était ridicule, combien elle seyait mal à un animal de la steppe, à un loup sachant parfaitement au fond de lui-même que pour être heureux, il devait parcourir seul les grandes plaines arides et, de temps à autre, s'abreuver de sang, courir une louve. Ainsi, aux yeux du loup, tout acte humain était d'une dérision et d'une maladresse, d'une bêtise et d'une vanité effrayantes. Il en allait de même lorsque Harry se sentait et se comportait comme un loup, lorsqu'il montrait les crocs, lorsqu'il éprouvait une haine et une hostilité absolues envers les hommes, envers leurs attitudes et leurs moeurs hypocrites, décadentes. En effet, l'homme en lui se tenait à son tour aux aguets, observant le loup. Il traitait celui-ci de brute, d'animal, et ébranlait, empoisonnait même, tout le bonheur que lui inspirait sa seconde nature simple, saine et sauvage.»

Hermann Hesse, "Le Loup des steppes", (Titre original "Der Steppenwolf", 1927).


Publié dans Vie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article