La Troll du Vent

Publié le

" Dans le Närke existait autrefois quelque chose dont nulle part ailleurs on ne trouvait l'égal, c'était une troll nommée Kaysa d'Ysätter.

On lui avait donné le nom de Kaysa parce qu'elle s'occupait beaucoup de tout ce qui était vents et tempêtes et que les trolls du vent s'appelaient toujours comme ça; quant à son patronyme, c'était parce qu'elle aurait été native de l'îlot d'Ysätter, commune d'Asker.

[...] Loin d'être une troll sombre et morne, elle était gaie et facétieuse, et ce qu'elle aimait par-dessus tout, c'était un bon temps de tempête. Dès que le vent soufflait suffisamment fort, elle sortait danser dans la plaine de Närke.

[...] Le matin, Kaysa d'Ysätter était souvent perchée en haut d'un grand pin au sommet d'un pic et regardait la plaine. Si c'était l'hiver, que la neige était bonne et qu'elle voyait beaucoup de monde parcourir les chemins, elle se hâtait de souffler une tourmente de neige et d'amonceler la neige en congères si hautes que les gens pouvaient à peine rentrer chez eux le soir. Et quand c'était l'été et que le temps se prêtait à la moisson, Kaysa d'Ysätter restait immobile jusqu'à ce que les premières charrettes de foin fussent remplies, puis elle se précipitait avec quelques violentes averses qui ce jour-là mettaient fin au travail.

A vrai dire, elle pensait rarement à autre chose que causer des ennuis.

[...] Pourtant, bien que Kaysa d'Ysätter aimât toute sorte de farces embêtantes, elle n'était pas foncièrement mauvaise. On comprenait qu'elle gardait sa sévérité pour ceux qui étaient hargneux, avares et méchants, mais qu'elle prenait souvent sous sa protection les gens honnêtes et les petits enfants pauvres. Et les vieux racontent qu'un jour où l'église d'Asker faillit être la proie des flammes, Kaysa d'Ysätter arriva, se posa sur le toit de l'église au milieu des flammes et de la fumée et écarta le danger.

Quoi qu'il en soit, les gens du Närke pestaient assez souvent contre cette Kaysa d'Ysätter qui ne se lassait jamais de leur créer un tas d'embêtements.Quand elle était assise au bord d'un nuage et contemplait le Närke en contrebas, [...] elle devait penser: "Les gens d'ici vivraient beaucoup trop bien si je n'existais pas. Ils s'assoupiraient et deviendraient mollassons. On a besoin de quelqu'un comme moi, ici, qui sache les secouer et les maintenir de bonne humeur."

Puis elle riait sans vergogne et s'envolait comme une pie moqueuse, dansant et virevoltant d'un coin de la plaine à l'autre. Et quand un habitant du Närke la voyait passer au-dessus de la plaine avec sa traîne de poussière, il ne pouvait s'empêcher de sourire.

[...] De nos jours, on affirme que Kaysa d'Ysätter est morte et disparue, elle comme tous les autres trolls. Mais il est pratiquement impossible de croire une telle chose. C'est comme si quelqu'un venait affirmer que désormais l'air restera pour toujours immobile au-dessus de la plaine et que plus jamais le vent ne dansera au-dessus d'elle avec ses murmures, ses chuchotements, son air frais et ses averses."

Selma Lagerlöf, Le Merveilleux Voyage de Nils Holgersson à travers la Suède. (Titre original : Nils Holgerssons underbara resa genom Sverige, publié en 1906).

Publié dans Vie

Commenter cet article

Juliette 14/06/2009 23:10

Merci beaucoup!

Louise 14/06/2009 21:01

Merci pour votre commentaire sur mon blog... c'est super sympa par ici dis donc ! Je trouve très intéressantes les cultures scandinaves mais elles sont rarement évoquées dans notre environnement quotidien... ce blog est donc super pour cela !